Contactez-nous au 06 22 25 49 44
tashi.detchen@gmail.com

Le karma

La définition bouddhiste du karma comprend toutes les empreintes déposées sur le courant de conscience, des empreintes qui sont accumulés, fruits d'actes pratiqués par le corps, la parole ou l'esprit. Ces traces karmiques ou empreintes psychiques, déposées sur le courant de conscience ne sont pas visibles. Ces empreintes déposées sur le courant de conscience se manifestent comme tendances. Elles vont rester sur ce courant de conscience tant que l'on n'aura pas rencontré de conditions externes qui vont permettre l'émergence, le développement de ces empreintes. Pour prendre un exemple, si on considère les empreintes négatives, celles qui vont avoir pour conséquence la souffrance, ce peuvent être : Commises par l'esprit, l'avidité, la malveillance ; commises par la parole, des critiques, des mots désagréables, des mots qui font mal à autrui ; commises par le corps, ce peut être le fait de tuer, de voler etc. En somme, toutes les activités du corps, de la parole et de l'esprit laissent une trace sur le courant de conscience, une empreinte. Le karma désigne ici cette empreinte déposée sur le courant de conscience. Nous venons de parler des activités négatives du corps, de la parole et de l'esprit qui déposaient une empreinte négative sur le courant de conscience, mais à l'inverse les actes positifs du corps, de la parole et de l'esprit déposent une empreinte positive sur le courant de conscience. Et en résultat de ces actes, les empreintes positives produiront le bonheur, la joie, alors que les empreintes négatives produiront souffrances, difficultés et autres avanies. En fait, les résultats, les expériences agréables ou désagréables que nous pouvons connaître proviennent de ces traces, de ces empreintes négatives ou positives qui ont été déposées lors de nos vies passées sur notre courant de conscience. En réalité, l'expérience sera toujours de la même nature que la graine, que la potentialité accumulée. C'est la même chose que lorsqu'on cultive un champ. Si on plante dans la terre la graine d'une plante médicinale, le résultat sera en conformité, en concordance avec la cause, et nous pourrons jouir de cette plante médicinale qui nous apportera un bienfait. La cause sera de même nature que le résultat. Au contraire, si on plante une mauvaise herbe, il n'y aura pas de surprise. La plante que nous obtiendrons sera de la même nature que la graine. Dans les enseignements bouddhistes, on dit que rien ne peut survenir sans cause et que le résultat est toujours de la même nature que la cause. Dans la mesure où l'on dit que le fruit est de la même nature que la cause, il peut paraître parfois étonnant de constater que des personnes qui ont un comportement très négatif jouissent malgré tout d'une certaine prospérité, paraissant avoir toujours beaucoup de chance, obtenant tout ce qu'elles désirent ; alors que d'autres, par exemple des pratiquants bouddhistes très assidus qui passent leur temps à faire du bien autour d'elles, qui ont une activité altruiste en permanence, rencontrent tout un tas de difficultés, de souffrances, n'arrivant jamais à obtenir la réalisation de leurs projets.


Cette situation peut paraître étonnante si on part du principe que les fruits surviennent en concordance avec la cause et que l'on récolte en quelque sorte ce que l'on a semé. Mais cela vient simplement du fait que les empreintes karmiques accumulées peuvent rester un long moment sur notre courant de conscience. Certaines mûrissent rapidement, nous permettant d'en expérimenter les fruits dans cette existence, d'autres non. Il est possible qu'une activité négative ou positive ait un résultat expérimenté dès cette existence mais il est également possible que les empreintes accumulées restent sur le courant de conscience et qu'elles produisent leurs fruits beaucoup plus tard, dans les vies futures. De la sorte, si quelqu'un a dans cette existence un comportement très négatif et que malgré tout il peut jouir de tout un tas de choses, qu'il peut réaliser ses désirs sans aucune difficulté, cela provient du fait qu'il a sur son courant de conscience de nombreuses empreintes positives qui ont été accumulées par un comportement altruiste, positif, dans les vies passées.