Contactez-nous au 06 22 25 49 44
tashi.detchen@gmail.com

Animaux

Se relier à la tradition

Plus qu'une tradition tibétaine, une tradition familiale : Au Tibet, le père de Rinpoché, général dans l’armée tibétaine et disciple d'un très grand maître, promis à celui ci de préserver la vie des animaux sur l’ensemble de ses propriétés. Rinpoché le remercia en lui disant qu’aucun autre présent n’aurait pu lui plaire davantage. étant dans l'administration tibétaine, il possédait de très grands domaines dans la région de Lhoka qui lui avaient été attribué comme rétribution pour ses services. A partir du jour de son engagement auprès de son maître, plus aucun animal de ses immenses troupeaux (yak, moutons et vaches) ne fut abattu.

Une tradition aux monastères de Rinpoché

Les deux monastères de Rinpoché sont situés à l’écart des habitations, sur le flan de la montagne de Gompo Ri (montagne du protecteur) à plus de 4000m d’altitude. Avant l’arrivée des chinois au Tibet, une épaisse forêt recouvrait la montagne et abritait de nombreux animaux : lièvres, marmottes, daims musqués, lhadja gommo, renard et le fameux léopard des neiges. Rinpoché se souviens également des très nombreux oiseaux qui peuplaient la montagne et dont les chants étaient entendu dans le monastère. Le gouvernement tibétain avait déclaré toute la région zone protégée et la chasse n’était pas autorisée. Moines, ermites et animaux vivaient en bonne intelligence et aucun accident n’était à déplorer. Le prédécesseur de Rinpoché, le très précieux maître, Jampa Yéshé, avait choisi de faire des domaines appartenant au monastère un sanctuaire pour les animaux. Le monastère possédait des troupeaux de yak, moutons et chèvres. Mais aucun de ces animaux n’étaient abattus. Leur vie s’écoulait paisiblement jusqu’à sa fin naturelle. Plus encore, l'intendant avait pour mission de se rendre régulièrement dans les faubourgs de Lhasa pour acheter auprès des bouchers les animaux sur le point d'être abattus. Il les ramenait ensuite à monastère pour rejoindre les autres troupeaux.

Dans le futur

Rinpoche espère pouvoir transformer la zone autour du monastère en réserve. Mais dans un premier temps, il sera nécessaire de la reboiser. En effet, pour alimenter les briqueteries de la vallée, comme dans beaucoup d'endroit, les chinois on déboiser la montagne.